Observations d’Orion A (nébuleuse d’Orion)

L’objet céleste le plus spectaculaire de la constellation d’Orion est la nébuleuse d’Orion (M42). Visible à l’œil nu (sa magnitude atteint 4,0), il est possible de distinguer qu’il ne s’agit pas d’une étoile. Aux jumelles, on perçoit très clairement les beaux nuages de jeunes étoiles, de gaz lumineux et de poussières de cette nébuleuse en émission et par réflexion.

La nébuleuse d’Orion, également connue sous le matricule de M42 ou NGC 1976, est un nuage diffus qui brille en émission et en réflexion au cœur de la constellation du même nom. C’est la nébuleuse la plus intense visible à l’œil nu depuis l’hémisphère nord, de nuit et en l’absence de pollution lumineuse.

Localisation de la nébuleuse d’Orion – M42 – NGC 1976 (logiciel Cartes du Ciel)
La nébuleuse d’Orion vue par le télescope spatial Hubble.

Le flux radio de M42 n’est que de 480 Jy, ce qui explique la faiblesse du signal en provenance de la région.

22-01-2021

Patrick a utilisé la version 24 de son client INDI en langage Python pour explorer la région de la nébuleuse d’Orion M42 avec un pas de seulement 0,4 degrés selon une matrice de 9×9 points. Le temps total d’observation a été proche de quatre heures entre 18:26 et 22:28 TUC le 20 janvier 2021. De son côté François-Xavier N5FXH peaufine ses routines d’analyse des signaux capturés par le radiotélescope. Les graphes suivants montrent successivement de haut en bas la puissance RMS du signal dans une bande de 6 MHz, l’évolution de l’ascension droite et les dents de scie de la déclinaison visée par le radiotélescope durant cette période.

Cartographie de puissance RMS du signal dans une bande de 6MHz dans les directions RA/DEC indiquées autour de M42
La puissance du signal H1 dans la direction de M42
La puissance du signal dans la direction de M42 en dehors de la bande spectrale HI

Le transit de la nébuleuse d’Orion M42 ou NGC1976 enregistré à deux reprises dans la journée du 30 décembre 2019. La première fois en début de visibilité, le second transit au méridien. Les mesures de puissance des signaux enregistrés lors des différents transits sont faites à 1418 MHz sauf spécification contraire afin de rejeter le fort signal en provenance de la bande de fréquences autour de 1420,4 MHz.

Bibliographie :